Hébergement et services TI gérés en Logiciels Libres
Articles Tendance numérique

Le WAQ17 : innovations numériques & logiciels libres

Du 4 au 6 avril une partie de l’équipe Evolix était présente au Web À Québec, un rendez-vous annuel pour les acteurs de l’industrie numérique en Amérique du Nord. Une occasion de faire un tour d’horizon des nouvelles technologies et pratiques qui agitent le secteur Tech.

Le programme de cette 7ème édition a balayé un large spectre de thèmes : des défis de la programmation Web aux objets connectés, en passant par les nouvelles tendances marketing, il y avait de quoi satisfaire la multitude des professionnels rassemblés au Terminal du Port de Québec.

Pour la première fois, Evolix était supporteur officiel du WAQ. Notre dessein était d’affirmer la place des technologies Open Source dans les innovations numériques et les initiatives créatives autour du Web. Nous avons donc porté une attention toute particulière à la thématique du Libre.

Les conférences qui nous ont marqués

Certaines présentations se sont effectivement révélées de véritables coups de cœur :

HTTPS et les certificats SSL/TLS Let’s Encrypt de Maxime Boisvert de Shopify.
Un sujet plus que passionnant sur lequel nous ne manquerons pas de revenir dans un prochain article.

Julia Evans a réalisé une présentation illustrée et originale, sur l’apprentissage des principes d’un système d’exploitation en codant avec le langage Rust.

La conférence TOUT EST TERRIBLE proposait une plongée dans les bugs parmi les plus excentriques et redoutables du numérique.

La conférence animée par Patrick Mathieu Rendons nos applications et organisations sécuritaires une fois pour toute! Le pourquoi et le comment! proposait un récapitulatif des mesures élémentaires en sécurité numérique, à base d’exemples concrets et de solutions simples et efficaces.

Tandis que Luc Lefebvre, en tandem avec un développeur, abordait Le «DARK NET» : Pourquoi et Comment y accéder, avec un focus tout particulier sur TOR et son utilisation dans le cadre d’une entreprise. Nous avons particulièrement aimé son rappel de la citation de E. Snowden « Dire que l’on se moque de sa vie privée car l’on a rien à cacher revient au même que de dire que l’on se moque de la liberté d’expression car on a rien à dire ».

La thématique vedette du WAQ17 : l’IA

Notre curiosité a également été attisée par l’Intelligence Artificielle (IA), un des thèmes de prédilection du WAQ17. Et au dire de Sylvain Carle, nous sommes « sur des plaques tectoniques qui bougent ».

D’après Sébastien Provencher, directeur des programmes chez Element AI, cette technologie touchera tous les domaines d’activité et disruptera totalement le marché. Il prédit même qu’elle entraînera la disparition pure et simple, d’ici 10 à 15 ans, des métiers répétitifs.

La bonne nouvelle est que la plupart des bibliothèques de codes fonctionnent aujourd’hui sous logiciels libres. La moins bonne nouvelle, c’est que cet état pourrait n’être que provisoire.

En effet, pour le moment, la recherche scientifique valorise les publications ouvertes et la mutualisation des données sur Internet, par souci de crédibilité. Ce qui favorise l’émergence d’un nombre croissant de startups, notamment québécoises, se spécialisant sur le sujet.

Toutefois, cette « démocratisation » de la recherche en IA n’empêcherait pas en réalité une vingtaine de grands joueurs de maîtriser le secteur, avec l’objectif final d’imposer leur norme à l’ensemble du marché.

Autrement dit, la « bataille » des formats et standards de demain se passe aujourd’hui. Nous retiendrons d’ailleurs le point de vue de Brian Solis sur ce sujet, qui encourage à prendre les devants du changement, afin d’en devenir un acteur, plutôt qu’un passif spectateur.

Mais c’est déjà la fin…

Ces trois jours de congrès ont finalement filé à toute vitesse, rythmés par le bal des conférenciers et conférencières, puis des 5@7 avec les participants venus du Québec, des États-Unis et d’Europe.

Et après que le physicien Eric Ladizinsky a conclu l’événement en nous ouvrant l’esprit à l’informatique quantique et ses promesses de calcul extraordinaires, nous avons finalement passé pour la dernière fois la porte du Terminal avec ces continuelles interrogations en tête :

Comment faire en sorte que les logiciels libres, c’est à dire l’accès au code source et le choix de l’utilisation de la technologie, restent la norme en terme d’innovation, notamment en IA?

Comment garantir l’interopérabilité des technologies de demain ?

Comment soutenir la recherche et l’éducation pour apprendre aux générations suivantes à contrôler les outils du futur ?

Paysage depuis le Terminal de QuébecVivement le #WAQ18 pour connaître la suite des événements…

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager sur Pinterest